Jeudi 4 décembre – Dans le grand tuk tuk de Mr Chue Dou Yang. J-14 !

Après 6 petites heures de nuit pour que vous ayez mon dernier billet envoyé du Luang Prabang, le réveil a sonné à 5 heures. Et 20 minutes après, nous traversons silencieusement, presque religieusement, le centre de la ville en direction du temple que nous avons visité hier après-midi. Il fait encore nuit noire et les seules lueurs proviennent de quelques candélabres qui diffusent une lumière tamisée. A un carrefour, une vielle femme nous accoste pour nous vendre de petits pots de bambou remplis de boulettes de riz collant… du sticky rice. Nous nous asseyons ensuite sur place, au bord du trottoir, sur des nattes alignées par les vendeuses d’offrandes en prenant soin de nous déchausser et attendons le passage des processions. Le jour se lève doucement et les bonzes, pieds nus, en robe safran, s’approchent en file indienne portant devant eux en bandoulière un large bol à aumône avec un couvercle qu’ils ouvrent devant les passants pour qu’ils y déposent leur offrande. Lovely et les garçons, agenouillés, offriront le riz aux moines, en le portant manuellement, par petites poignées, dans leur bol. Cette offrande représente l’unique repas quotidien des moines.

DSC05163

DSC05165   DSC05198

DSC05189

Par cette cérémonie, les bonzes réaffirment leurs vœux de pauvreté et d’humilité. Les processions sont nombreuses dans le pays mais ici, l’atmosphère paisible et l’exceptionnelle concentration de temples, confèrent à ces déambulations matinales une magie particulière. Malheureusement les touristes commencent à dépasser en nombre les participants… peut-être plus de 200 aujourd’hui. Je dois avouer avoir été un peu choqué par le commerce de ces femmes qui profitent de ces traditions pour vendre, à prix fort, un riz de piètre qualité. Quelques vieilles femmes se lèvent encore tôt pour faire cuire du riz de qualité qu’elles donnent en offrande… et même les chiens, après les processions, profitent des restes.

IMG_3296

De retour à la maison d’hôtes à 7 heures, nous prenons notre petit déjeuner, bouclons les sacs et 30 minutes après, grimpons dans le grand tuk tuk qui doit nous mener à notre première étape de la journée, les chutes de Tat Kuang Si, à une heure de route d’ici. Je profite de ce temps de trajet pour commencer à vous écrire ce papier.

DSC05351

DSC05352   DSC05360

A 8 heures et demi, nous nous garons sur le parking de l’entrée des chutes. Seulement deux autres véhicules sont déjà présents. Nous serons encore parmi les premiers sur le site aujourd’hui.

Nous empruntons un sentier en sous-bois et peu après l’entrée, nous arrivons au centre de protection des ours. Les ours qui y vivent ont été confisqués à des braconniers et gardés ici pour les protéger d’un sort funeste. Nous y faisons une courte halte et les garçons sont ravis de voir des ours pour la première fois.

DSC05228

Nous progressons encore un peu de ce magnifique parc forestier, très apprécié pour ses arbres vénérables et ces extraordinaires chutes d’eau sur plusieurs niveaux, parmi les plus impressionnantes du pays ! Nous atteignons enfin la première cascade qui se déverse dans des bassins limpides. Puis, un peu plus haut encore, nous rejoignons la cascade principale, une puissante chute de plus de 25 mètres de haut.

DSC05242

DSC05248

DSC05250

DSC05252

DSC05259

Nous grimpons jusqu’au sommet de la cascade en empruntant un chemin escarpé puis redescendrons rapidement pour aller nous baigner, sauter et plonger. Les sauts périlleux avant et arrière de BG seront filmés et photographiés par les touristes asiatiques toujours avides d’images insolites…

DSC05292   DSC05301

DSC05321   DSC05304

A 11 heures 30, nous avions rendez-vous avec notre chauffeur et nous profitons de notre quart d’heure d’avance pour déguster quelques brochettes laotiennes.

DSC05334   DSC05342

Après le voyage retour vers Luang Prabang, nous faisons un stop éclair à la guesthouse pour récupérer nos sacs, retirer un peu de cash dans un distributeur et prendre de délicieux jus de fruits frais sur un étal au bord de la route.

DSC05376

DSC05379

DSC05384

A la sortie de la ville, nous empruntons un chemin de terre chaotique et le tuk tuk se tortille en passant les nids de poules. Nous progressons à moins de 20 km/h et nous tentons, crispés d’anticiper les secousses sans pour autant retenir nos bustes qui tanguent et se balancent au rythme des déformations de la chaussée précaire. Ecrire dans ces conditions n’est pas aisé mais nous sommes ravis de nous enfoncer dans les montagnes du Laos. Le chemin ne cesse de monter et le tuk tuk, progresse silencieusement, franchissant les bosses au couple moteur. Les habitations ont disparu. Nous croisons quelques motocyclettes et, tout autour de nous, la végétation est dense et les reliefs montagneux.

DSC05393

DSC05366

La brume de ce matin a laissé sa place à un grand ciel bleu et le soleil a plus que réchauffé l’atmosphère. Il fait maintenant chaud. Nous ne progressons pas plus vite qu’au début… il y a déjà presqu’une heure que nous avons quitté Luang Prabang.

Nous arrivons enfin au panneau d’entrée du petit lodge… un havre de paix s’ouvre à nous. Quatre bungalows doubles sont disséminés dans le grand jardin, à flanc de coteau, autour d’un petit bâtiment principal et d’une très jolie piscine. L’ambiance est sereine et aspire à la quiétude. Aussitôt un certain flegme nous envahit et nous nous imaginons déjà avec un bouquin allongé sur un des transats qui bordent le bassin. Il n’y a qu’un hic. Si retiré, ce petit paradis ne possède pas de wifi et il ne sera pas possible de vous poster mes articles chaque soir. Je les préparerai et vous les enverrai en une seule fois dès que nous serons de retour sur Luang Prabang.

Nous devons rester 3 nuits à Hillside Lodge mais en voyant le site, nous nous demandons si nous ne devons pas rester une quatrième nuit en sacrifiant une des deux nuits que nous avions prévues à notre retour sur Luang Prabang.

A très vite, nous vous embrassons bien fort. 

Victorinox