Samedi 23 août – Agnes Water, sur le petit banc devant le magasin Discover 1770...

Ce matin, Lovely décide de faire une grande balade en partant de la pointe de 1770 et en revenant par la longue plage jusqu’à Agnes Water. Pendant ce temps là, nous, nous irons louer des planches de surf pour tenter de mettre en pratique et pourquoi pas d’améliorer encore (!!) notre apprentissage d’hier matin.

Nous conduisons donc Lovely en Passat et l’abandonnons pour la matinée à l’extrême pointe de 1770. Son tour fait plus de 8 kms et nous nous fixons rendez-vous sur la plage, au niveau du spot de surf, juste en face du petit chemin qui mène à notre résidence. Nous reprenons la route, direction le centre du village, pour aller louer nos planches et nos shortys. Nous entassons le tout dans la voiture et, coffre ouvert, nous filons à la résidence pour la garer.

Enfin arrivés à la plage, nous nous jetterons immédiatement à l’eau dans la zone contiguë à l’espace de baignade, entre les drapeaux, et réservée aux surfers. C’est l’endroit où nous étions hier pour notre cours. Les vagues y sont moins puissantes qu’ailleurs. Nous irions bien affronter les plus grosses, un peu plus loin sur la plage. La jeune femme lifeguard de service aujourd’hui se baigne dans sa zone de surveillance, à côté de nous. J’en profite pour lui demander l’autorisation de nous éloigner de la zone autorisée. Elle m’y autorise en me conseillant un spot, un peu plus loin. Elle était charmante avec son T-shirt jaune et rouge mouillé avec l’inscription « Lifeguard » qui fait que vous ne pouvez pas le louper !… je me suis cru un instant dans « Alerte à Malibu » !! Je reprends mes esprits et nous nous dirigeons tous les quatre vers le spot conseillé.

Et là, ce ne fut pas tout à fait le même succès que la veille ! Même si les boards que nous avons loués sont assez longs, ils sont moins larges et nettement moins stables que ceux utilisés pour les cours d’hier. Nous galérons un peu à nous mettre debout. Les vagues sont ici plus fortes et plus grosses et nous sommes entourés d’une dizaine d’autres surfeurs. Il faut que les hauts savoyards assurent un minimum !

Encore 3 heures passées à se râper les genoux sur la planche, à s’user le dos (j’ai bien senti que ma hernie se réveillait un peu…) lors de chaque tentative pour se mettre debout à la vitesse de l’éclair, à attendre la bonne vague pour éviter une fatigue prématurée mais à prendre au final tellement de plaisir. Un plaisir redoublé par le fait de faire du surf ici, en Australie. C’était pour nous quatre un mythe qui, ce matin, est devenu réalité…

DSC07984

DSC07999

DSC07987

DSC07988    DSC08004

DSC08015

DSC08016    DSC08021

DSC08025

Parfois, nous étions usés, un peu exaspérés aussi par autant d’efforts et si peu de réussite. Mais cela rendait notre joie plus intense encore lorsque nous sortions de la vague. Nous exultions dès que nous arrivions à être transportés sur quelques mètres par le rouleau. Parfois même nous jubilions et laissions entendre des cris de joie…

Puis, vers 11h30, Lovely arrive au loin sur la plage.

DSC08027

Elle nous raconte sa balade, nous montre ses photos magnifiques et nous parle des milliers de papillons bleus qui ont fait une partie de la promenade avec elle. 

IMG_2319

IMG_2332    IMG_2329

IMG_2327    IMG_2341

Après delà, elle part un peu avant nous pour préparer une grosse salade. Avant de quitter la plage, nous ferons une petite partie de foot un peu plus tôt que d’habitude mais cela détend nos muscles engourdis par de si longs efforts dans l’eau. Je garderai en mémoire l’image de ce terrain tracé par BG sur le sable fin de Agnes Water avec, à côté, nos 4 planches alignées.

DSC08036

Dans l’après-midi, les garçons retourneront se faire une ultime série de vagues, pendant une heure. Ma hernie m’a rappellé à l’ordre ce matin. N’ayant plus de joker, j’arrête de jouer et me suis transformé en photographe...

DSC08064

DSC08056    DSC08049

DSC08047

DSC08057

DSC08046

Ce soir, nous sommes dans la voiture devant le petit commerce de Lisa pour vous donner des nouvelles. Les garçons travaillent à la maison et s’il a fini sa mission scolaire dans les temps, El Gringo doit nous préparer une petite pâte à crêpes pour ce soir. En rentrant, nous bouclerons nos sacs car nous envisageons de nous lever vers 6h30 et partir dès que possible. Nous quitterons Agnes Water en y ayant glané de bons souvenirs et en ayant une petite pensé pour Agnès de Combloux qui se reconnaitra !

Nous vous souhaitons un belle journée à tous et un chouette dimanche en famille !

Victorinox