Après les émotions vécues pour cette demi-finale historique de football Brésil-Allemagne… et la déculottée de nos voisins brésiliens, il faut maintenant que je vous raconte la journée intense que nous avons vécue en Argentine aujourd’hui.

A 10h, nous sommes sur nos VTT. Quatre vélos trouvés dans un hôtel proche du nôtre et un autre pour « BG », adapté pour sa grande taille (!!), chez un petit loueur sur la place de Cafayate.

Nous voilà partis pour rejoindre une « bodega » (cave) prestigieuse à Cafayate, la « Bodega Piattelli ». Nous quittons la ville, passons un petit pont et nous voilà sur les chemins de sable. D’abord bordés par de petites constructions (dont la majorité sont encore inachevées) puis progressivement par de vastes étendues de vignes. Là, nous trouvons (difficilement) le petit centre équestre conseillé par l’Office de Tourisme de Cafayate. Nous calons avec le propriétaire, Elias Burgos, un créneau horaire pour une balade en famille. Ce sera de 15h à 16h30 car à 17h, nous devons chausser les crampons pour le match Brésil-Allemagne. Nous poursuivons notre chemin à vélo et maintenant ça monte !

DSC04740  DSC04726

DSC04724

 

Comme la veille, le ciel s’est voilé rapidement ce matin, mais avec les efforts à vélo, nous « montons » aussi en température. A 12h30, nous arrivons à la bodega. Le domaine est soigné et nous circulons dans les vignes pour arriver à la propriété.

DSC04741

DSC04742

Elle est imposante. Construite dans un style architectural entre « Southfork de la famille Ewing » et la demeure supposée de Eddy Barclay à Saint-Trop ! Donc imposante… et clinquante mais pas mal du tout ! La famille Piattelli, arrivée de Toscane dans les années 40 avec une solide expérience viticole, a bâti ici et à Mendoza un terroir d’exception.

DSC04746

Nous prendrons l’apéritif à l’extérieur. Des jus frais pour les gars et… une bouteille de blanc, du Torrontès de la maison pour nous. C’est un cépage qui est lointain cousin du Muscat. Ce cépage apprécie le sol aride et très exposé au soleil des hauts plateaux de Cafayate qui permettent aux raisons de mûrir dans d’excellentes conditions. C’est un vin qui est porté sur le fruit mais très plaisant. Surtout lorsqu’on a la chance de le boire « sur place ».

DSC04753

Nous déjeunons dans la grande salle de la Bodega. C’est jour de fête aujourd’hui et nous décidons de nous faire plaisir et de profiter de la bonne cuisine servie ici. Nous choisirons tous de l’« Ojo de Bife » qui n’est pas l’œil du bœuf mais un délicieux morceau…

Régalade pour tout le monde. Nous, nous continuons notre route du vin à table en sélectionnant un Malbec « Premium Reserve » de la maison. Un vrai petit bonheur.

DSC04760

Après ces 2 bonnes bouteilles, bien entamées mais pas complètement terminées et que nous emporterons avec nous, nous chevauchons nos VTT et faisons le chemin à l’envers pour rejoindre  le petit ranch d’Elias Burgos.

Nos chevaux sont déjà sellés et nous attendent. Nous n’avons qu’à poser nos VTT, changer de montures et nous voilà fins prêts pour une balade de 1h30 entre vignes, rocailles, arbustes et cactus.

DSC04775

 

Enrique nous emmène avec lui. Gautier n’a jamais fait de cheval. The Artist est un expert. Lovely a longtemps hésité à venir avec nous mais… le Torrontès et le Malbec l’auront fait changer d’avis. El Gringo n’est pas un aficionado mais est à l’aise, tel Don Diego de la Vega… sans la cape et l’épée ! Quant à moi, j’avoir toujours rêvé de monter à cheval dans cet univers. Je me prends un instant pour John Wayne… sans revolver ni chapeau (mais avec un couteau suisse !!).

DSC04783

DSC04789

DSC04790

DSC04795

DSC04801

Nous passons 90 minutes de franches rigolades, entre pas, trots et galops. Enrique nous laisse libres. Nous partons devant et « BG » nous impressionnera. Il est super à l’aise. Son cheval mène la troupe et il part fréquemment au galop. Nous derrière, nous nous lançons à chaque fois à sa poursuite, à la fois énervés qu’il soit devant et morts de rire de le voir aussi à l’aise !!

En fin de promenade, il fera même une chute, sans gravité… sa selle ayant tourné sous le cheval. Nous ferons un dernier galop pour ne pas finir sur un échec. J’ai été ravi de pouvoir enfin monter avec mon champion d’Augustin, lui qui a fait de l’équitation à Combloux pendant 2 saisons.

De retour au ranch, nous ne perdons pas une minute pour filer à vélo dans le centre de Cafayate pour suivre en direct le match. Pile poil, nous arrivons dans un petit bar sympa pour voir la piquette infligée aux brésiliens.

Ce soir, n’ayant pas une faim de loup après le très bon déjeuner de ce midi, nous prendrons des galettes de pain cuites au feu de bois sur le trottoir par une petite mamie et quelques churros.

La journée a été intense. Les cuisses ont chauffé avec l’équitation et le vélo… et tout ce sport nous a permis d’éliminer les toxines de la « Ruta del Vino » et ce soir extinction des feux à 22h pour tout le monde !!

 

Victorinox